« CECI N’EST PAS UN ATLAS, la cartographie comme outil de luttes… »

Dans le cadre de la Rentrée libertaire 2023 à Besançon, L’infokiosque de Besac invite Nepthys Zwer pour nous présenter le livre Ceci n’est pas un atlas et coordonner un atelier de contre-cartographie.

Présentation du livre à 17h30 le jeudi 21 septembre 2023 à L’Interstice – durée environ 1 heure

Ce livre broché de 140 pages accompagné d’une brochure “Petit manuel de cartographie collective et critique” de 32 pages et édité par les éditions du Commun est résumé ainsi :
“La carte spatialise des données économiques et sociales. Alors que la cartographie traditionnelle reflète et conforte les pouvoirs en place, la contre-cartographie montre une autre réalité de nos pratiques de l’espace : inégalités de conditions de vie et de droits, compromis politico-économiques, accaparement des terres, destruction des habitats par l’agro-industrie et l’industrie extractive… Ceci n’est pas un Atlas, à travers 21 exemples internationaux, montre comment la cartographie critique se fait outil de terrain au service des luttes et des mobilisations.”

 Il s’agit de la version française de This Is Not an Atlas du collectif Orangotango +, paru en 2018 aux éditions transcript de Bielefeld. Il a été traduit et remanié par Nepthys Zwer pour sa version française. 

Celles et ceux qui produisent les cartes sont ici les premiers-ères concerné-es par leur élaboration. Parce qu’elle est collaborative, la contre-cartographie fait tomber les barrières sociales et culturelles : activistes, chercheur-ses, artistes et citoyen-nes agissent de concert et apprennent les un-es des autres. Ensemble, ces cartographes vont mettre en lumière les dysfonctionnements sociaux et renforcer la dimension politique de l’action collective. Le livre doit servir à initier ce processus de prise de conscience et de dévoilement des structures et des mécanismes de pouvoir.

Carte du village Boa Vista réalisée lors d’un atelier de cartographie participative. © Projeto Nova Cartografia Social da Amazônia – Alfredo Wagner Berno de Almeida, Sheilla Borges Dourado, Carolina Bertolini, « Une nouvelle cartographie sociale. Défense des territoires traditionnels amazoniens par la cartographie », p. 71.

Vous pouvez retrouver Nepthys Zwer et ses travaux :
– sur un nouveau site dédié aux représentations de l’espace : https://imagomundi.fr  

et ses ouvrages :
– L’ingénierie sociale d’Otto Neurath https://purh.univ-rouen.fr/node/1227
– Cartographie radicale. Explorations https://www.editionsladecouverte.fr/cartographie_radicale-9782373680539 
– Ceci n’est pas un Atlas ! (dir. éd.) https://www.editionsducommun.org/products/ceci-nest-pas-un-atlas-orangotango-nepthys-zwer 
et visitez l’exposition : 
https://nouvelles.univ-rennes2.fr/event/exposition-ceci-nest-pas-atlas

Carte communautaire réalisée en 2013 par Mohiuddin en collaboration avec Selina, Md. Mannan et Shahid Gazi. © Photos par Günter Nest. Dans l’article « Surcharge informationnelle ; Allers-retours de la carte au terrain » de Elisa T. Bertuzzo et Günter Nest.

Atelier de cartographie radicale

Atelier le jeudi 21 septembre à 18h30 à L’Interstice – durée environ 2 à 3 heures

Inscription recommandée : nombre de places limitées.

Le but de notre atelier est d’élaborer une carte à partir d’une problématique définie collectivement. Il s’agit de trouver une forme graphique pertinente pour représenter une nouvelle expérience de l’espace, que ce soit à l’échelle globale ou locale, dans un temps long ou court, à partir d’une donnée factuelle ou imaginaire : enjeux d’une lutte particulière (par exemple, pour la défense d’un quartier) ou bien problématique générale (privatisation des communs, mobilités, usages genrés de l’espace, mémoire coloniale, etc.). 

L’atelier commence par une introduction aux enjeux de la cartographie et se termine par la présentation des différentes œuvres à l’ensemble des participant-es. Chaque sous-groupe comporte une dizaine de personnes. (Soit environ 3 sous-groupes à l’Interstice).

S’inscrire en envoyant un mail à l’adresse de l’Infokiosque de Besac. Une liste d’attente sera mise en place au-delà de 30 personnes.

Matériel nécessaire : Il y aura de quoi dessiner et colorier mais si vous en avez, venez avec votre petit matériel : feutres fins, gros feutres et crayons de couleurs, craies, gouaches, (et même : gomettes, bouts de tissus ou de feutres, ficelles, morceaux de bois ou de feuilles végétales, tout ce que votre imagination permet pour faire cette carte collectivement)…, règles, scotch, colle, trombones, punaises, un compas…, papier brouillon, dos d’affiches ou grandes feuilles, (papier cadeau coloré, cartes locales ou internationales), etc.

Venez avec vos idées et sinon voici quelques pistes parmi une multitude à choisir :

  • lieux sympathisants (proche de ta musique, ton parti, ton idéologie, etc.) ;
  • les grands travaux inutiles (faits ou prévus), (ex : https://reporterre.net/La-carte-des-luttes-contre-les-grands-projets-inutiles) + Superlocal : https://lutteslocales.gogocarto.fr/annuaire#/carte/@46.32,-0.35,6z?cat=all ;
  • lieux vides (murés et toujours vides depuis des années) et possibles logements à réquisitionner (et que fait la Ville ?) / squats ;
  • terres et jardins au potentiel collectif / ou à sauvegarder (comme les Vaîtes : https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/vaites) ;
  • les endroits filmés et surveillés (273, y a un blog qui les recense mais n’est pas à jour : https://besancon.sous-surveillance.net/) ;
  • les lieux refuge « Où est Angela » à Besançon / Zones sans relous ;
  • Inversement : les zones à relous / à agressions sexuelles ou racistes ou homophobes ;
  • ex : les lieux de harcèlement (https://www.rue89lyon.fr/2014/06/10/dans-le-grand-lyon-cartographie-des-crocodiles/) ;
  • le plan de l’inactivité étatique contre les violences faites aux femmes (ce qu’ils disent/ce qu’ils ne font pas) ;
  • les lieux à Besançon du “sabre et du goupillon” ;
  • les endroits où trouver de la nourriture gratuite / des arbres fruitiers dans la ville / les plans de débrouille… ;
  • les lieux du contrôle social & de la surveillance populaire opposé aux lieux de la bourgeoisie non surveillée… (cols bleus contre cols blancs) ;
  • la carte de la corruption locale… (ex : https://carto.transparency-france.org/home) ;
  • les lieux d’accueil des gens du voyage à Besançon et leurs zones d’accès à la culture, soin, commerces, etc. ;
  • les blancs des cartes : outil colonial, outil capitaliste, outil d’exploration ;
  • la ville de classe : les quartiers riches avec des travaux d’agrément / les quartiers pauvres avec… pas grand-chose pour l’agrément ;
  • la carte de l’immigration à Besançon (son apport historique riche : https://fr.wikipedia.org/wiki/Immigration_à_Besançon) ;
  • l’organisation de l’espace en entreprise (différence entre la hiérarchie et les autres…) ;
  • Et bien sûr, liste non exhaustive, venez avec le sujet que vous voudriez voir traiter !

Le jeudi 21 septembre 2023
à 17h30 : Présentation du livre
Ceci n’est pas un atlas,
entrée libre.
à 18h30 : Atelier de contre-cartographie,
avec inscription préalable.
au café-librairie L’Interstice,
43 rue Mégevand, Besançon

Chapeau pour PAF (Participation Aux Frais).
Collation salée au prix libre.
Café-librairie pour les petites faims sucrées.

Attention, les événements de l’Infokiosque de Besac commencent à l’heure dite précisément.

D’autres exemples :

Réalisée avec Quentin Faucompré, et les contributions dessinées de Mano et Pia, pour le compte des éditions À la criée.
À partir des travaux cartographiques de Marc Vayer. Format 96 x 67 cm [16 x 33,5 cm pliée], impression quadri 80 gr chez Média Graphic (Rennes).

À Besançon, carte du jardin des Vaîtes, un quartier « écocité » de béton sur des terres maraîchères.
Carte réalisée pendant un atelier à la librairie de la Petite Égypte à Paris.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *